Sélectionner une page

Faut-il vraiment faire tomber la fièvre?

par | Juin 17, 2015 | Votre santé

Voici un sujet bien d’actualité pour moi qui m’a fait penser à vous alerter contre les anti-inflammatoires, aspirines, dolipranes et autres antipyrétiques (médicaments contre la fièvre).

Savez vous que la fièvre est un mécanisme naturel que notre corps développe en cas d’infection. virusQuand le virus pénètre dans notre corps il vient coloniser une cellule afin de se reproduire. Entièrement colonisée, la cellule meurt, éclate, et tous les virus sortent et se dispersent. Chacun entre dans une cellule saine, et le cycle recommence.

La propagation du virus est donc très rapide. Des millions ou des milliards de cellules peuvent être touchés en quelques heures. Elles sont si nombreuses à mourir que vous ne tardez pas à souffrir : vous avez mal aux articulations, à la tête, aux muscles, au ventre, aux oreilles, ou ailleurs selon les cas.

Le corps créé une inflammation locale afin de permettre aux globules blancs de venir attaquer les virus. Donc quand c’est rouge, chaud et douloureux c’est bon signe! Votre corps réagi! La cellule infectée se retrouve entourée de millions de globules blancs. Ils sont si nombreux qu’ils bloquent l’oxygénation. Ne pouvant plus respirer, la cellule se met à fermenter. la fermentation produit beaucoup de chaleur, ce qui tue les virus.
Quand la cellule meurt, les globules blancs meurent aussi et lâchent des substances qui augmentent la température du corps et provoque de la fièvre. Cette température plus élevée du corps permet à son tour de tuer les autres virus présents ailleurs dans le corps.

La stratégie de réaction du corps est donc double : faire monter la température locale, au niveauthermomètre de la cellule malade, et faire monter la température générale du corps, qui est la fièvre. Ces deux réactions contribuent à stopper l’infection virale.

Savez vous qu’un virus aussi dangereux que celui de la poliomyélite, qui provoque des handicaps à vie, voit sa vitesse de reproduction diminuer de 99 % lorsque la température passe de 38,5°C à 39°C ! Avant les années 60, tout le monde attrapait à un moment ou à un autre le virus de la poliomyélite. 90 à 95 % des personnes ne s’en apercevaient même pas, car le virus était éliminé par leurs défenses naturelles avant même d’avoir provoqué des symptômes de maladie

Il faut noter que les instructions officielles de l’Agence française du médicament (ANSM) recommandent toujours, actuellement, de faire baisser la fièvre dès 38,5°C chez les enfants avec des médicaments. Cela alors que l’agence reconnaît elle-même que la fièvre n’est pas dangereuse (en dessous de 41°C) et que le traitement n’a pour but que d’améliorer le confort, et qu’« il a été identifié récemment des effets indésirables, rares mais particulièrement graves, lors de l’utilisation de certains médicaments pour lutter contre la fièvre » !

Oui mais pour les convulsion me direz-vous?  La convulsion fébrile est un phénomène fréquent et rarement dangereux chez les enfants d’âge préscolaire. Elle touche environ 1 enfant sur 20 et survient généralement entre l’âge de 5 mois et 5 ans. La convulsion fébrile est souvent due à une montée brusque de la température corporelle, causée par une infection virale relativement banale, comme la roséole ou une infection des voies respiratoires. Pour cette raison, un enfant qui fait déjà 40 °C souffrira rarement d’une convulsion fébrile. Il en est de même pour un enfant qui fait de la fièvre depuis plusieurs jours.

Souvent, on réalise que l’enfant fait de la fièvre seulement lorsque la convulsion est terminée. Il n’est pas possible de prévenir une convulsion fébrile, car la poussée initiale de fièvre survient souvent de façon imprévisible. Pour cette raison, l’utilisation préventive de médicaments contre la fièvre n’est pas possible. Dans de rares circonstances, certains médicaments sur prescription peuvent cependant être administrés en continu aux enfants ayant une forme plus sévère de convulsion fébrile.

Dans quels cas faut -il s’alerter? Lorsque la fièvre dépasse 41° et/ou lorsqu’elle dure plus de 3 jours. Pour ma part j’ai toujours laissé la fièvre agir lorsque mes enfants étaient malade en surveillant régulièrement (parfois la fièvre avoisinait les 41°). L’avantage est qu’ils dorment énormément permettant au corps de récupérer (alors qu’avec un doliprane l’enfant joue comme si de rien n’était mais le corps met 3 fois plus de temps à s’en remettre!) et en 1 ou 2 jours ils sont complètement rétablis!

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mon eBook "Mes 4 priorités pour booster mon système immunitaire"




Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Pin It on Pinterest

Share This